EN | liens | cont@ct | ©
Laurent Contamin
auteur, metteur en scène, comédien
Trois petites formes théâtrales
Invitez le théâtre chez vous !
En pure Perte  et Juby  en tournée "à la carte" (theâtres, bibliothèques, lycées, bars, à domicile...). Ils seront rejoints, à partir de mai 2018, par En attendant Dersou.
Prochaines représentations : Paris, Haut-Rhin, Val-de-Marne, Essonne, Aisne, Charente, Calvados. Et chez vous ? Prenez date ! (onglet cont@ct, en haut à droite)
> Lire la suite
Un clic, un texte
D'un spectacle à l'autre... 
> bibliographie
> Lire la suite
Dix peurs du loup

Des histoires de loup
Une nuit blanche à Ermont (Val d’Oise) : « Le loup, peur bleue et nuit blanche »…
le 23 juin 2007, ville d’Ermont
Compagnie Fonds de Scène
Coordination et mise en scène : Olivier David
Avec Laure Pages et Laurent Lederer

Contes et récits en cabanes, en buissons, en clairières...

Personnages : distribution libre.

Deux de ces textes peuvent être lus dans le recueil Un Loup pour l'Homme ?


Une histoire de loup…
Il était une fois une personne qui se promenait dans la forêt, et qui – ça lui a pris comme ça – est entrée dans la maison du loup. La personne a eu très peur du loup et elle s’est sauvée à toutes jambes. Jusque là, c’est normal. Mais dans sa fuite, elle n’a plus retrouvé son chemin et elle s’est perdue ; et elle a disparu cette personne. Bel et bien disparu. Ca fait trois ans maintenant que cette histoire est arrivée.


Une autre histoire de loup…
Il était une fois, dans une petite maison près d’un village, une maman et sa fille. Celle-ci portait toujours une sorte de cape rouge à capuche. La fille allait sur ses quatorze ans et elle avait encore pris trente quatre centimètres l’année dernière, si bien qu’elle faisait un mètre soixante dix neuf ; quand on est une fille, qu’on a quatorze ans et qu’on vit dans une maison basse de plafond, un mètre soixante dix neuf, c’est préoccupant : ça voulait dire qu’à dix huit ans, elle ferait deux mètres.

« Je vois pas, disait la mère… A part mannequin ou basketteuse, qu’est-ce qu’on pourra faire de toi ? » Et elle terminait toujours par un gros soupir.

1332119 pages vues.